Déco Cool / Déco Maison Par Pièces / Déco Salon et Salle à Manger / Remplacer sa cheminée par un poêle à granulés : le guide

Remplacer sa cheminée par un poêle à granulés : le guide

Bien qu’une cheminée traditionnelle avec un foyer ouvert donne du charme à votre intérieur, il est préférable de la remplacer par un poêle à granulés. En effet, cet appareil représente une solution de chauffage plus économique et plus performante. Le point sur les essentiels à savoir pour installer un poêle dans votre logement.

Nos vidéos incontournables :

Comment et pourquoi remplacer sa cheminée par un poêle à granulés ?

Vous devez tenir compte de plusieurs points lors du remplacement d’une cheminée par un poêle à granulés. Considérez entre autres les écarts au feu, l’arrivée d’air ou l’état du conduit de fumée.

Comment remplacer une cheminée par un poêle à granulés ?

Remplacer une cheminée par un poêle à granulés vous permet de gagner de l’espace au sol dans votre intérieur, car cet appareil est peu encombrant. Il est également plus économe en bois et vous réussirez facilement à diviser par deux votre consommation. Le remplacement d’une cheminée par un poêle commence par le démontage de la hotte de l’ancienne cheminée, puis par le retrait de l’insert. Vérifiez ensuite qu’une arrivée d’air existe dans le soubassement de la cheminée et créez-en une s’il n’y en a pas. Afin de respecter les écarts au feu, assurez-vous que les matériaux placés derrière votre nouvelle poêle soient incombustibles (classés M0 ou M1). De l’enduit, du plâtre, du placo M0 ou des briquettes feront l’affaire. À noter cependant que ces opérations doivent être effectuées par un professionnel afin de vous assurer le respect de la réglementation.

Les raisons de choisir un poêle à granulés de bois

Parmi les raisons qui pourraient vous encourager à choisir un poêle à granulés à la place de votre cheminée se trouve le rendement de cette dernière qui est assez bas. La part de chaleur qu’elle produit et qui vous est restituée est de 10 à 20 % pour un foyer ouvert et de 30 à 85 % pour un insert ou un foyer fermé. Le poêle, pour sa part, affiche un rendement allant de 40 à 90 %. De fait, un foyer ouvert vous fait gaspiller beaucoup d’énergie, car 80 à 90 % s’échappent par la cheminée.

Zoom sur le fonctionnement et la puissance d’un poêle à granulés

Un poêle à granulés est une excellente option pour remplacer une ancienne cheminée dans votre maison en guise de chauffage d’appoint. Il dispose d’une meilleure autonomie et fonctionne de manière automatique. L’entretien est également plus facile et elle permet une bonne maîtrise de la température.

Les fonctionnalités et la puissance d’un poêle à bois

Un poêle à granulés fonctionne avec un combustible écologique et simple d’utilisation. Son système d’approvisionnement automatique ainsi que la possibilité de programmer la température et le démarrage en font un dispositif autonome. En fonction de votre fréquence d’utilisation, le chargement du réservoir s’effectue tous les 2 ou 3 jours. En outre, ce type de poêle dégage peu de fumée permet un réglage facile de la température. Lors de votre choix, ne vous laissez pas tenter par un poêle trop puissant. En effet, vous pourriez avoir envie de le lancer à plein régime et de l’encrasser plus rapidement. Pour éviter de vous tromper, tenez-vous-en à la règle de base qui veut que 1 kW de puissance doive être produit pour une surface de 10 mètres carrés. Privilégiez également un appareil à haut rendement qui permet une double combustion.

Le principe de fonctionnement d’un poêle à granulés

Un poêle à granulés chauffe l’air de la pièce dans laquelle il se trouve au moyen de ventilateurs électriques. Il prélève l’air à l’extérieur ou directement dans la pièce. Cet appareil répartit la chaleur par rayonnement et par convection pour permettre une diffusion optimale. Sa capacité de chauffe est conséquente, pourtant, il consomme peu de combustible tout en brûlant plus longtemps. La combustion des bûches engendre des gaz qui ne sont pas brûlés et qui sont évacués par la cheminée. Dans le cas d’un poêle à double combustion, ils sont brûlés avant de pouvoir s’échapper de la cheminée. Le rendement de l’appareil s’en voit grandement augmenté.

Investir dans un poêle à granulés : les aides financières

Plusieurs aides financières sont disponibles pour alléger vos dépenses liées à l’installation d’un poêle à granulés. Ce coup de pouce est proposé, car cette action résultera à une amélioration de la performance énergétique de votre logement. Vous profiterez ainsi d’une réduction de votre facture globale ou de vos impôts.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique

Le CITE est une aide financière qui a pour objectif de subventionner les travaux visant à réduire la consommation énergétique d’un logement. Il peut s’agir de la mise en place d’un appareil de chauffage au bois ou de travaux d’isolation thermique. La subvention s’élève à 30 % du prix de l’appareil de chauffage, main-d’œuvre non incluse. Pour l’obtenir, vous devez opter pour un poêle labellisé Flamme Verte. Le plafond s’élève à 8 000 euros pour une personne et à 16 000 euros pour un couple avec un supplément de 400 euros par personne à charge.

Les aides de l’ANAH

L’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH) est en mesure de financer les opérations de rénovation visant à améliorer l’efficacité énergétique d’un logement ancien. L’offre de financement s’adresse notamment aux ménages ayant des revenus très modestes. Elle incite ces derniers à installer un poêle à granulés ou à bois dans un logement ancien. L’aide est également proposée aux propriétaires qui occupent ou qui louent leur habitation. Le financement peut représenter 50 % du coût de l’équipement et les conditions pour l’obtenir sont liées aux ressources du/des bénéficiaires(s).

L’écoprêt à taux zéro

Le Ministère de l’Écologie et du Développement durable a mis en place l’écoprêt à taux zéro dans l’optique de subventionner les travaux d’économie d’énergie. Les frais éventuellement induits par ses opérations sont également pris en charge. Les travaux réalisés doivent rendre le logement plus confortable, énergiquement plus économe et moins polluant (gaz à effet de serre). Le prêt, qui peut s’élever à 30 000 euros, est remboursable sur 10 ans sans intérêt. Ainsi, un maximum de travaux de rénovation énergétique pourra être financé.

Par Lucie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués par un *

*